10 techniques pour avoir un bon taux d’engagement sur Facebook

Les mentions J’aime, mais pas que!

Chaque jour, nous partons à la course aux likes. Tout contenu publié sur Facebook est consulté avec précision. Les community managers, maîtres en la matière, s’assurent que les internautes de leur page soient réceptifs. Afin de pouvoir montrer leur intérêt, chacun réagit selon les codes de Facebook. Likes, partages, commentaires, dislikes, nombreuses sont les possibilités qui s’offrent à eux. Chaque émotion ressenti est à double tranchant. Vos contenus pourront rapidement devenir viraux s’ils sont appréciés. À l’inverse, des publications sans commentaire, sans like peuvent rapidement vous pénaliser. Aujourd’hui, il est nécessaire d’avoir une véritable réflexion sur sa stratégie de communication digitale.

Toutefois, il ne suffit pas de poser sa stratégie puis de ne rien faire. Il faut la réajuster en permanence. Analysez vos publications les plus pertinentes puis faites la comparaison. Sans cesse, vous devez tester. Un visuel, une tournure de phrases, une utilisation spécifique d’émojis, tout est à prendre en compte!

Ayant géré différentes pages d’entreprise (PME, associations, ect) allant de 100 followers à 16.000 followers, j’ai su comprendre les techniques à utiliser. J’ai donc décidé de vous en partager dix. Elles ont toutes porté leur fruit.

1 – Créez un groupe Facebook associé à votre page

Quoi de mieux pour susciter l’engagement de vos internautes? En leur dédiant un espace communautaire où ils pourront échanger, vous vous assurez d’un excellent taux d’engagement. Par exemple, si vous êtes une entreprise de location de voitures, pourquoi ne pas créer un groupe autour de l’actualité automobile? Ou encore, si vous êtes une agence marketing, avez-vous pensé à créer un groupe où les internautes pourraient échanger sur l’actualité du marketing digital? C’est un outil puissant à ne pas négliger.

2 – Proposer du contenu court à lire

En moyenne, plus d’un utilisateur sur deux utilise Facebook via son mobile. Généralement, on s’occupe comme on peut: transports en commun, salles d’attente, embouteillages. Nous ne restons pas éternellement sur Facebook. C’est pour cela que votre contenu doit être rapide à lire. Il doit captiver l’attention en quelques secondes. Pensez-y. Dans les dix secondes où l’internaute lira votre publication, il saura s’il poursuivra la lecture ou non. Mettez vous à sa place. Qu’est-ce qui pourrait vous captiver plus qu’autre chose?

3 – Communiquez lors d’événements importants

Personnellement, j’ai constaté un plus fort taux d’engagement dans ces moments-ci. Dernièrement, j’avais proposé un événement pour l’Épiphanie. Celui-ci était surtout destiné aux expatriés et personnes étrangères en Belgique. En comparant cette publication avec d’autres, la différence a été flagrante. Beaucoup plus de partages, des likes et surtout, des commentaires où les gens taguaient leurs amis. Parfait pour pouvoir faire du retargeting derrière. (dans l’hypothèse où ils iraient visiter votre site internet par exemple)

4 – Pensez newsjacking

Ce point se rattache au point précédent. Qu’est-ce que le newsjacking?

Le newsjacking consiste à rebondir sur des événements marquants qui se sont déroulés dans le monde. Vous vous emparez d’un fait d’actualité. Puis, vous l’utilisez à votre avantage. Enfin, vous déployez une stratégie pour que votre publication devienne virale. Voilà l’enjeu du newsjacking. Pour cela, effectuez régulièrement une veille. Voyez ce qu’il se passe autour de vous. Ne vous limitez pas à votre secteur d’activité. Tout événement est bon à détourner. Toutefois, il ne s’agit pas de discréditer la personne à l’origine de l’événement.

5 – Rattachez vous aux événements de vos partenaires

Vous êtes un restaurant? Vous accueillez régulièrement des entreprises lors des pauses déjeuners? Parlez-en avec eux! J’imagine qu’ils diffusent des photos de leur équipe sur les réseaux sociaux. Pourquoi ne pas leur demander d’y laisser une petite mention indiquant qu’ils ont mangé chez vous? Tout d’abord, vous y gagnerez sûrement en like mais leurs followers pourraient devenir les vôtres. Puis, vous partez déjà avec de l’avance: ils apprécient votre lieu (d’où le like) alors vous n’aurez qu’à interagir avec eux par la suite.

6 – Posez des questions à votre communauté

L’une des meilleures armes en terme d’engagement. Quoi de mieux pour un humain que de parler de soi? Considérons votre page Facebook comme un moment de discussion entre amis. C’est clair: écouter ce que les gens disent peut être passionnant. Surtout s’il s’agit d’un sujet qui nous intéresse. Toutefois, vous avez envie de parler mais n’en avez pas la possibilité. Puis, l’un de vos amis vous interpelle. Il vous pose une question. Vous la trouvez vraiment intéressante. C’est alors que vous entamez votre monologue. Facebook fonctionne de la même manière. Lorsque les internautes sont sollicités sur un sujet plaisant, ils y répondent volontairement. Encore aujourd’hui, énormément de pages se contentent de poster du contenu, souhaitent uniquement faire le buzz. Une stratégie ne peut être efficace en se focalisant uniquement sur ces deux aspects. Le dialogue humain vous apportera une meilleure viralité à long terme.

7 – Publiez des vidéos reprenant vos anciens événements

Imaginons. Vous êtes professeur de danse et la séance arrive à sa fin. Au lieu de poster un simple message de remerciement sur votre page, postez y un extrait du cours que vous avez proposé. Tout d’abord, ça rappellera des souvenirs à ceux qui étaient présents. Puis, les absents regarderont la vidéo avec des regrets, et, identifieront peut-être leurs amis avec qui ils souhaitent participer à la prochaine. En 2019, la vidéo est le contenu générant le plus d’interactions sur Facebook. Profitez-en!

8 – Faites une page en rapport avec votre domaine d’activité

Récemment, vous avez lancé votre activité en ligne. Votre entreprise soutient des projets de bénévolat en Afrique. Toutefois, vous souhaitez toucher davantage de personnes. Créez une page telle que “J’aime apporter mon soutien à l’Afrique” ou encore “J’adore le bénévolat dans les pays du golfe”. Cela vous permettra d’avoir une potentielle liste de prospects. De plus, intégrer un lien vers votre page facebook sur ce groupe pourrait être un excellent moyen de vous constituer une nouvelle base de fans.

9 – Taguez les personnes présentes lors de vos événements

Publier des photos est un excellent moyen de communiquer avec votre communauté. Toutefois, vous risquez de ne toucher qu’une partie de celle-ci. En taguant les différentes personnes présentes lors des événements, vous vous assurez de deux choses:

  • La bonne visibilité de votre publication.
  • Le partage de votre publication, et donc, l’intégration de votre contenu dans le feed des amis de vos fans.

Ainsi, vous pourrez atteindre de nouvelles cibles.

10 – Rédigez un court tutoriel sur un savoir-faire

Reprenons l’exemple de l’association soutenant des projets en Afrique. Proposez un tutoriel expliquant comment entamer les démarches pour ouvrir sa micro-entreprise. D’une part, vous simplifiez la vie de votre communauté. D’une autre part, vous serez perçu comme professionnel dans votre domaine. De plus, si vos followers trouvent votre tutoriel pertinent, ils n’hésiteront pas à le partager à leur communauté. C’est tout bénéfique pour vous.

Voilà! 🙂

On arrive à la fin de cette liste. Bien entendu, il s’agit d’une liste non exhaustive. Les possibilités sont infinies et nous le savons tous très bien.

La recherche vocale au centre de votre stratégie SEO

Désormais, il ne suffit plus d’écrire du bon contenu pour apparaître dans les meilleurs résultats. Il faut aussi penser aux expressions orales!

Utilisez-vous régulièrement votre clavier ou votre assistant vocal? À l’heure actuelle, 1 personne sur 3 utilise régulièrement la recherche vocale pour rechercher des informations. Ce chiffre est en constante hausse. Très probablement, il atteindra les 50% d’ici 2020. Vous devez donc prendre ce critère en contact dans votre stratégie. Anciennement, il suffisait de rédiger du contenu correspondant aux requêtes des internautes. En corrélant cela à une bonne stratégie SEO, à la fois concernant le ON-Page et le OFF-Page, votre positionnement était satisfaisant. Or, les règles ont changé.

Il faut savoir que la plupart des recherches vocales sont effectuées via mobile. Ce qui signifie que votre site doit être optimal pour les utilisateurs. Vous ne pouvez pas vous permettre de délaisser cet aspect. Premièrement, les internautes risquent de quitter rapidement votre site si leur expérience n’est pas enrichie. Votre taux de rebond sera alors élevé et l’algorithme Google prend ce point en compte pour le ranking de votre site web. Deuxièmement, vous risquez d’être pénalisé par Google car votre site ne sera pas friendly-mobile. Veillez donc à consulter régulièrement votre site afin de vérifier si :

  • Le temps de chargement est idéal.
  • Vos images s’affichent sous l’aspect souhaité et rapidement.
  • L’accès aux rubriques de votre site est facilité.

Si l’un des trois points ci-dessous n’est pas respecté, vous ne pourrez pas satisfaire l’algorithme Google et donc, être bien placé. Auparavant, vous deviez réfléchir sur une stratégie autour de mots clés très précis. Désormais, la recherche vocale modifie votre manière de penser. En effet, lorsqu’un internaute émet sa recherche de vive voix, il dit généralement une phrase. Par exemple, s’il recherche un cinéma contemporain dans Paris, il aura tendance à dire “je recherche un cinéma contemporain dans Paris et ses alentours” ou “recherche cinéma contemporain dans paris et ses alentours“. Les mots-clés de longue traîne doivent être au cœur de votre réflexion. Utilisez également vos titres et sous-titres pour satisfaire vos internautes. Depuis la nuit des temps, le référencement naturel est une question de hiérarchisation de contenu. Vos balises sont toujours aussi importantes. En faisant appel aux questions des internautes dans vos titres, vous avez plus de chance de les atteindre. Que signifie tout cela? En 2019, le contenu doit être optimisé pour répondre à des conversations entre vos internautes et les assistants vocaux. Vous devez vous placer comme la solution à une discussion où un point reste superflu. Pour ce faire, utilisez des mots interrogatifs dans vos titres tels que : quand, pourquoi, comment.

Pensez également à votre business. Auparavant, lorsqu’un internaute cherchait une entreprise, il écrivait des mots clés dans la barre de recherche Google. Le moteur de recherche lui proposait alors une panoplie d’entreprises répondant à ces termes. Désormais, cela n’est plus suffisant. L’internaute utilisera son assistant vocal et transmettra une question précise. Assurez-vous que votre contenu, notamment dans les textes présentant votre entreprise, réponde bien à la requête. Sans quoi, votre business pourrait rapidement mal se porter. N’hésitez pas à placer des mots géolocalisés dans vos descriptions. C’est un atout majeur à prendre en considération. Lorsque vous allez revoir votre stratégie SEO, établissez une liste de toutes les termes géolocalisés renvoyant, plus ou moins, à votre entreprise. Puis, sélectionnez les bonnes expressions en fonction des tendances actuelles. Parmi les nombreux outils proposant cette fonctionnalité, je vous conseille Google Correlate. Réfléchissez également à l’optimisation de votre FAQ (foire aux questions). Oui, je le sais. Elle a sûrement été rédigée il y a un long moment. Et pourtant, elle revient au goût du jour. Sachez que c’est l’une des rubriques répondant au mieux aux besoins de la recherche vocale. Pourquoi devez-vous vous pencher à nouveau dessus? Car, il s’agit d’un large contenu rédigé sous forme de questions-réponses. Exactement ce que la recherche vocale demande en 2019! Dès lors, reformulez vos questions si nécessaire, revoyez les contenus écrits antérieurement et mettez la à jour si besoin. Google Business, outil phare pour toute entreprise, est aussi à prendre en considération. La fiche de votre entreprise doit être impeccable. Chaque renseignement doit être précis et répondre à une éventuelle question que le public se poserait. Quant aux données structurées, elles sont essentielles pour un bon référencement mais j’en parlerai dans un prochain article. Elles vous permettent d’intégrer plus d’informations dans votre code source à propos de votre site. L’algorithme Google prend pointilleusement ce critère en compte.

Enfin, faites en sorte d’apparaître en position zéro. Vous savez, il s’agit des premiers résultats apparaissant tout en haut dans les SERP. Pour y apparaître (et y rester), il faudra optimiser votre contenu pour qu’il se rattache, au plus près, de la requête de l’internaute. Auparavant, nous avions l’habitude de naviguer sur la première page des résultats de recherche pour trouver notre bonheur. Aujourd’hui, les featured snippet (= position zéro) suffisent aux internautes.

Définitivement, la recherche vocale a changé les règles du référencement.

L’importance de la vidéo pour votre référencement

Le SEO évolue sans cesse. Nous le savons tous. Le référencement vidéo en est une nouvelle preuve. Auparavant, des plateformes comme YouTube servaient uniquement de support aux entreprises. Elles y publiaient des courtes vidéo présentant leurs produits phares ou encore, les membres de leur équipe. Toutefois, tout ceci n’était que visuel. Il y a quelques années, personne n’aurait pensé que l’importance d’un titre ou d’une description vidéo aurait son importance dans le référencement naturel. Et pourtant, si. Rappelez-vous : le SEO évolue sans cesse. Il y a trois aspects importants pour l’optimisation de vos vidéos :

  • Le nom de la chaîne.
  • L’utilisation des mots clés.
  • La description de la chaîne.

On en revient tout doucement aux fondamentaux du SEO. Certes. Mais lorsqu’on consulte un grand nombre de vidéos (de chaînes d’entreprises, business et autre) sur YouTube, peu remplissent parfaitement ces trois conditions. Aucune entreprise ne devrait se passer du référencement vidéo. À l’heure actuelle, YouTube est le 2ème site le plus visité au monde. D’ici 2020, on préconise que 80% du trafic internet proviendra de la vidéo. Autant vous dire que vous avez intérêt à vite revoir votre stratégie si cela n’a pas encore été fait. Comme toujours, vous devez proposer du contenu de qualité à vos internautes. Mais également à Google. N’allez pas faire des vidéos tous les deux jours pour proposer du contenu inintéressant. Tout d’abord, vos internautes risquent d’arrêter le visionnage au bout de quelques secondes. De plus, Google ne sera pas content. Et quand Google n’est pas satisfait, il vous le fait rapidement savoir. N’hésitez pas à intégrer vos vidéos sur votre site web. Par exemple, je conseille de mettre une petite vidéo sur votre landing page qui pourrait globalement présenter votre business. C’est une stratégie très judicieuse pour vos futurs visiteurs puisqu’ils pourront vous connaître en quelques secondes. Au lieu de lire un texte, ils y verront un contenu plaisant, attrayant et seront plus susceptibles de le repartager ensuite. Sachez que les vidéos sont, avec les images, les contenus les plus diffusés par les internautes au sein de leur communauté. Gardez cette information en tête: elle vous sera grandement utile.

Beaucoup de techniques du référencement vidéo sont encore méconnus. Mais finalement, elles fonctionnement sur le même principe que celles du référencement naturel. Pensez à transcrire vos vidéos. Oui, c’est un travail long, parfois pénible. Pour autant, ne le négligez pas. Tout d’abord, vous proposez du contenu plaisant à votre internaute. C’est un premier bon point. Imaginez si, en plus, vous lui proposez des sous-titres s’il visionne votre contenu en ayant couper le son? Il sera doublement satisfait et il vous le fera savoir en interagissant avec votre vidéo. De plus, la transcription reprend les thématiques principales de votre contenu. C’est donc plusieurs mots-clés que vous ajoutez naturellement. Encore un bon point de pris dans votre course face à l’algorithme Google. Un peu plus haut, je parlais de la description de votre vidéo. Il s’agit de métadonnées essentielles pour votre référencement vidéo. Créez un titre attrayant. Donnez envie à votre interlocuteur de cliquer sur votre contenu, mais surtout, de le visionner un maximum de temps. N’hésitez pas à utiliser plusieurs pratiques différentes pour voir laquelle correspond le mieux. Pour ma part, les descriptions et titres suivis d’un mot interrogatif marchent assez bien. Pour la description de votre vidéo, évitez de dépasser les 155 caractères. Restez clair et concis. Toutefois, n’oubliez pas d’y inclure les bons termes pour votre description. Sur YouTube, les vidéos ayant un excellent taux de rebond concernent les tutoriels pour des logiciels, les démos de produits, les tests. Essayez de voir si vous pouvez intégrer des mots renvoyant, de près ou de loin, à ces concepts. Si cas échéant, ne forcez pas. Inutile d’intégrer des mots clés uniquement pour le remplissage. Google vous pénalisera dans la foulée.

L’arborescence a aussi sa place dans le référencement vidéo. Le sitemap, cela vous dit quelque chose? Je suis sur que oui. Alors sachez, qu’il est également possible d’en faire pour vos vidéos. Vous aiderez davantage Google en lui fournissant des informations complémentaires grâce à ce(s) sitemap(s). Pour rappel, un sitemap est généralement un fichier XML présentant l’architecture générale d’un site web. Il permet de hiérarchiser les ressources et les contenus proposés par le site. À nouveau, pensez au mobile. Posez vous des questions avant de publier votre contenu vidéo: ma vidéo est-elle parfaitement optimisée pour une version mobile? le temps de chargement est-il rapide? De même que pour votre site web, vos vidéos doivent apporter une bonne expérience à votre utilisateur. Sans quoi, vous connaissez la sentence: une baisse dans les résultats du moteur de recherche. Une petite spécificité est à noter dans le référencement vidéo. En utilisant des outils d’analyse, comme YouTube Analytics, vous pouvez rapidement savoir votre taux de clic, votre taux de conversion et bien plus encore. Ici, c’est le taux de rebond qui nous intéresse le plus. Lorsqu’un internaute effectue une recherche sur Google et tombe sur votre contenu, il cliquera pour savoir de quoi il s’agit. Si au bout de quelques secondes, il quitte votre page pour se rendre sur une autre page, c’est que votre contenu ne l’a pas interpellé. En somme, une action comme celle-ci n’est pas nuisible à votre référencement. En revanche, la répétition de cette action vous fera automatiquement perdre des positions. Réfléchissez donc à proposer du contenu pour que votre internaute reste sur votre vidéo (et non, s’en aller au bout de quelques secondes).

Voici quelques idées de vidéos que vous pouvez produire pour booster votre référencement :

  • Les tutoriels.
  • Les témoignages.
  • Les démos de produits et services.
  • Les vidéos immersives.

L’objectif de votre contenu: créer de l’interaction, susciter de l’émotion. Les différents formats de vidéos que j’ai cité ci-dessus aident et accompagnent l’utilisateur. Vous êtes donc plus susceptibles de voir votre contenu repartagé sur les réseaux sociaux. Car, oui, l’utilisateur voudra aussi faire part de ce qu’il a appris grâce à votre contenu, à sa communauté. Vous obtiendrez donc, très probablement de nouveaux backlinks (l’un des trois pilliers majeurs du SEO). Les réseaux sociaux sont essentiels dans une stratégie de référencement SEO. J’en reparlerai dans un prochain article.

Avoir une stratégie de contenu axée sur la vidéo fidélisera davantage vos communautés, alors pensez-y.

En 2020, le contenu reste roi

Véritable arme de destruction massive, le contenu reste votre meilleur atout. Plus que jamais, il permet de se différencier face à la concurrence. Découvrez pourquoi en lisant cet article.

La meilleure arme en SEO

Grand nombre de marketeux ne jurant que par la publicité risquent d’être déçus. En effet, le contenu reste le roi incontesté de toute stratégie marketing. Alors, certes, combiner vos forces est la meilleure des choses à faire. Toutefois, accentuer vos efforts sur de la publicité sans penser au contenu n’est pas une bonne stratégie. Sans cesse, on le répète : un algorithme détecte, analyse et ajuste.

Avant toute chose, définir ses objectifs reste la première étape de l’élaboration d’une stratégie de contenu. Que souhaitez-vous : gagner en notoriété, acquérir de nouveaux clients, montrer votre expertise sur une thématique précise ? Sans objectif(s) précis, votre stratégie ne pourra pas fonctionner.

Ce qu’il faut savoir sur les stratégies de contenu : elles sont uniques !

Toute entreprise a un positionnement pré-défini, une ligne de produits/services qui lui est propre et une vision d’entreprise spécifique. C’est à travers cette ligne motrice que se créent les premières réflexions autour de votre futur contenu. Dès lors, il est inutile d’aller piocher à droite à gauche. Vous pouvez analyser le contenu de vos concurrents, détecter leurs forces et leurs faiblesses pour les reprendre en y ajoutant de la valeur. Mais de manière générale, votre contenu est à l’image de votre entreprise. Il vous définit : vous-même, vos salariés, votre compagnie. Vos clients et vos futurs clients en découvrent davantage en vous lisant. Soyez donc transparents et n’hésitez pas à montrer en quoi votre entreprise en mérite plus que les autres.

Votre contenu doit être diversifié

Reprenons les bases du marketing. Vous êtes un internaute naviguant sur le web à la recherche d’une voiture. En inscrivant les différentes caractéristiques de votre recherche dans le moteur de recherche Google, vous exposez votre besoin. Dès lors, Google vous liste un certain nombre de résultats, classés principalement selon leur pertinence et leur notoriété. Vous êtes, alors, dans une première phase de recherche. En tant qu’entreprise, proposer une fiche produit semble la meilleure solution. Tout d’abord, ça présentera votre produit au potentiel client. Si celui-ci est satisfait par ce contenu, il effectuera d’autres recherches en mentionnant votre marque dans ses recherches. Afin de l’accompagner au mieux dans son processus d’achat, votre contenu doit être diversifié. Premièrement, vous lui avez proposé une fiche produit. Très bien. Alors, penchez vous désormais sur un article de blog. Contrairement à la fiche produit, l’article permettra à l’internaute d’en apprendre davantage sur votre produit. Là où l’internaute aurait des doutes, l’article de blog viendra les combler. Proposez un contenu téléchargeable à la fin de la lecture de l’article. Pour le cas de l’entreprise proposant des voitures, le contenu pourrait être similaire à un guide d’utilisation du produit.

Répondez aux besoins de votre cible

Encore une des bases fondamentales du marketing. Et pourtant, elle n’a jamais été autant d’actualité. À ce stade, il est recommandé de proposer du contenu vidéo. L’internaute est sur le point d’acheter votre produit. Mais il hésite encore. Vous devez le convaincre en répondant le plus minutieusement à ses besoins. Lors de la production de votre vidéo, pensez aux sous-titres et à ce que vous souhaitez mettre en avant. Cela doit se ressentir lors du visionnage du projet final. En répondant aux besoins de votre cible, vous brisez les barrières et pouvez être sûr que l’internaute achètera votre produit.

Vos réseaux sociaux ne sont pas uniquement qu’une fabrique à likes

De nos jours, la force des réseaux sociaux n’est plus à prouver. Tout individu est en mesure de reconnaître l’impact que ces derniers ont, notamment dans nos prises de décisions quotidiennes, importantes ou moindres. Lorsque vous créez du contenu à forte valeur ajoutée, relayez celui-ci sur vos différents réseaux sociaux. Premièrement, vous toucherez une plus grande audience. De plus, votre public vous percevra comme expert dans votre domaine. C’est votre image de marque qui en prendra un coup de boost bien mérité. Il en est de même si vous proposez des guides interactifs. Plus efficace qu’un guide standard, le guide interactif permet de maintenir l’intérêt de l’internaute pour votre contenu. Si celui-ci a trouvé votre contenu inspirant et intéressant, il n’hésitera pas à le relayer à sa communauté. En plus de relayer vos articles, vos réseaux sociaux doivent servir à vous mettre en avant. N’hésitez donc pas à concevoir des publications sur la vie au sein de la boîte, sur les salariés, sur des événements phares au sein de l’entreprise, sur comment ils se préparent en interne.

Le client, votre premier ambassadeur

N’avez-vous jamais consulté les avis Google d’une entreprise avant d’effectuer un achat/procéder un achat ? J’imagine que si. Alors, pourquoi ne pas décliner ces différents avis pour en faire du contenu rattaché à votre site web ? Un client satisfait devient indirectement ambassadeur de votre marque. Il en vante les mérites auprès de ses amis, collègues, famille. Rattachez leurs témoignages à votre landing page pour qu’ils soient directement visibles. L’idée reste la même : rassurer au mieux le client pour l’inciter à acheter/consommer votre produit/service plutôt qu’un autre.

Maintenez l’engouement de votre public grâce à la newsletter

Par définition, une newsletter désigne un e-mail à vocation commerciale envoyé périodiquement à des prospects ou clients abonnés. Différents types de newsletter existent :

  • Lettre d’informations
  • Catalogue de produits
  • Messages de bienvenue
  • L’appel à l’action

Dans votre situation, la newsletter servira à promouvoir votre contenu. Pour reprendre le cas de l’entreprise de voitures, l’idéal serait d’informer votre public sur vos nouveaux modèles. Pensez efficacité et offrez une journée d’essai gratuit aux 10 premiers lecteurs de votre newsletter. Ils seront satisfaits de cette récompense et vous les fidéliserez encore un peu plus. N’oubliez pas d’inclure un ou deux encarts présentant vos contenus phares.

Après l’achat, continuez d’accompagner votre client

Certes, l’achat a eu lieu mais un client acquis peut rapidement devenir un client perdu. Afin de le conserver, réfléchissez à ce qui l’intéresserait. Rédigez plusieurs tutoriels sur vos produits ou services pour que le client ne se sente jamais perdu. Offrez-lui l’opportunité de vous contacter s’il rencontre un problème. À la suite de cette rencontre, vous pouvez en faire des publications pour vos réseaux sociaux. En publiant, de manière adaptée et originale, votre discussion sur Facebook, la valeur humaine de votre entreprise grandira. L’aspect commercial sera supprimé de la tête des clients. Et à vrai dire, c’est ce que toute entreprise souhaite.

Quelques outils pour optimiser au mieux votre site

Pour optimiser son site, utiliser des bons outils est primordial. Cependant, la liste est assez longue et beaucoup n’apportent pas les résultats attendus. Découvrez ici une sélection de 5 outils qui vous permettront de mener à bien votre optimisation.

Tout d’abord, pourquoi les outils d’analyse sont-ils essentiels ? Tout d’abord, ils vous permettent de faire un audit de la situation actuelle. Vous détecterez vos atouts, mais aussi vos faiblesses à corriger. Une fois cet audit réalisé, vous pourrez redéfinir votre stratégie. Dès lors, plusieurs champs d’action sont alors à votre disposition : opter pour une nouvelle approche concernant vos mots-clés, générer de nouveaux backlinks, améliorer l’arborescence de votre site, corriger leurs erreurs présentes dans votre code source. Pour chaque champ d’action, il existe une multitude d’outils. Toutefois, choisir les bons est une tâche bien difficile. C’est pour cela que je vous partage cet article. Ici, vous y trouverez des outils selon votre besoin : vos backlinks – votre contenu rédactionnel – votre code source – l’arborescence de votre site web.

Voici les 5 outils dont nous allons parler aujourd’hui :

  • Keyword Tool
  • Moz
  • Can I Rank
  • Mobile Tester
  • Site Analyzer

1 – Keyword Tool

Cet outil est propre à l’univers des mots clés. Il vous permet de découvrir le volume de recherche par mot clé. Par exemple, vous souhaitez vous positionner sur les mots clés “coworking bruxelles” et “coworking ouvert dimanche bruxelles”. Toutefois, vous n’arrivez pas à atteindre de bonnes positions sur ces requêtes. Analyser le volume de recherche s’avère très intéressant. Vous pourrez, par la suite, juger s’il est judicieux ou non de vous placer sur ces mots clés. Si vous souhaitez changer de mots clés, l’outil vous accompagne afin de vous proposer les termes les plus pertinents pour votre business. Grâce à des outils d’analyse interne, Keyword Tool est en mesure de vous diriger vers la bonne voie. En revanche, si votre business est porté vers l’international, vous ne pourrez pas obtenir une réponse unique pour une recherche d’un même mot. Par exemple, si vous cherchez le terme “entreprise marketing” et que vos business sont géolocalisés en Suisse, en Allemagne et au Danemark, vous devrez effectuer trois requêtes différentes. Tout de même, l’outil reste très performant pour vous apporter ses meilleures analyses. Personnellement, il s’agit d’un outil que j’affectionne beaucoup. Au fil des années, les petits business ont véritablement du mal à se positionner dans les meilleurs résultats Google. Apporter une réflexion nouvelle à une stratégie déjà pré-établie pourrait leur permettre de décoller. L’analyse est effectuée sur les 12 précédents mois. Cela signifie que si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires, vous devrez vous rediriger vers un autre outil. Nonobstant, cette périodicité est généralement suffisante pour effectuer une bonne analyse de votre stratégie.

2 – Moz

Dans mon univers, cet outil est surnommé la pépite. En effet, il vous propose quelques fonctionnalités similaires à Keyword Tool. Toutefois, l’outil est beaucoup plus développé. Tout d’abord, il vous permet de trouver les nouvelles tendances dans votre secteur d’activité. À savoir, plusieurs arguments peuvent être soulevés pour expliquer les différentes tendances actuelles. Imaginons que vous dirigiez une boîte de consulting pour personnalités politiques. À l’approche des élections présidentielles, certains mots seront plus recherchés que d’autres. Vous pourrez grandement en profiter pour améliorer la visibilité de votre site web. Grâce à Moz, vous serez informé de ces dernières tendances et vous pourrez produire du contenu de qualité en intégrant ces différents termes. De plus, l’outil vous informe d’où proviennent vos visites. En fonction de leur provenance (réseaux sociaux, search engine, liens, mentions de marques), vous pourrez réajuster votre stratégie afin de combler vos faiblesses et consolider vos points forts. L’idéal est d’avoir une provenance globale plus ou moins égale. Toutefois, dans le cadre du SEO, si vos visiteurs découlent principalement des recherches naturelles, c’est que votre stratégie paie. À l’inverse, si vos visites proviennent de liens, veillez à regarder la nature de ces derniers. S’agit-il de liens à forte autorité? Redirigent-ils bien vers le contenu souhaité? Si le cas échéant, vous devrez revoir votre stratégie de liens afin d’éviter ces malentendus. Malheureusement, il est difficile de gérer l’ensemble des liens renvoyant vers votre site. Pour ce faire, Moz vous propose son outil Link Explorer pour analyser vos liens. Vous avez la possibilité d’analyser vos liens entrants, vos ancres de liens et bien plus encore.

3 – Can I Rank

Dans la lignée de deux précédents outils, Can I Rank est un outil qui porte bien son nom. En effet, il vous permet de savoir s’il est intelligent de vous positionner sur tel ou tel mot clé. Nécessaire pour la bonne optimisation de votre référencement naturel, n’est-ce pas? L’erreur commune en SEO, c’est de se placer sur des mots trop concurrentiels. On élabore une stratégie sur ces requêtes, on analyse les premiers résultats au bout de quelques mois, nous en ressortons déçus. Vous pensez avoir choisi les mauvais mots clés? En théorie, non puisqu’ils sont représentatifs de votre business. En pratique, oui. Votre sélection aurait pu être plus judicieuse. À l’heure actuelle, nous parlons énormément de mots clés de longue traîne afin de pouvoir bien se positionner sur des requêtes moins concurrentiels. C’est une excellente stratégie. Avant chaque prise de position, optez pour cet outil. Avec une base de données avoisinant les 200.000 sites web, l’analyse sera obligatoirement qualitative. Vous pourrez donc analyser les positions de vos concurrents et réfléchir ensuite sur votre stratégie. Ne soyez pas trop ambitieux, et encore plus si vous êtes petit sur votre marché. Penser long terme, c’est là toute la difficulté du référencement naturel. Grâce à Can I Rank, vous aurez la possibilité d’analyser plus de 200 facteurs de 7 sources différentes. (Ahrefs, SEMRush, Moz, …) Il s’agit d’un outil puissant pour la bonne optimisation de votre référencement naturel.

4 – Mobile Tester

L’outil du moment selon moi. Mobile Tester vous permet d’analyser votre site et sa compatibilité avec les appareils mobiles. Comme vous le savez, l’algorithme Google sanctionne les sites n’étant pas “friendly-mobile“. Qu’est-ce que cette expression veut bien dire? Le terme “friendly-mobile” signifie un site qui a été conçu pour un affichage et une navigation optimale sur smartphone. À l’heure actuelle, plus d’un utilisateur sur deux effectue ses recherches via son téléphone. Cela signifie que vos sites devront, à l’avenir, plus convenir aux mobiles plutôt qu’aux appareils fixes (ordinateur, etc). Afin de savoir si votre site est optimisé, l’outil Mobile Tester détecte les erreurs présentes sur votre site. Tout d’abord, il vous indique si votre site est responsive ou non. Comme je l’ai dit plus haut, il s’agit de savoir si votre site est adapté aux mobiles. Si le cas échéant, revoyez la configuration que vous avez sélectionné dans votre CRM (ou code source) et modifiez-la si nécessaire. Lorsque vous analysez votre trafic sur Google Analytics, vous constatez anormalement que votre taux de rebond est plutôt élevé. Plusieurs questions fusent au sein de votre esprit. Toutefois, vous ne comprenez pas pourquoi. Grâce à Mobile Tester, vous aurez peut-être une nouvelle piste à explorer. Avez-vous déjà pensé au temps de chargement de vos pages web? Est-il rapide ou faut-il patienter plusieurs longues secondes avant d’atterrir vers le contenu souhaité? En diminuant le temps de chargement de vos pages, vous abaisserez votre taux de rebond et vous le ressentirez dans votre taux de conversion. De plus, Google récompense les sites proposant une excellente expérience à ses utilisateurs. Ne l’oubliez pas: avant de penser à l’optimisation de votre site, pensez aux internautes. C’est à travers leurs yeux que vous gagnerez des positions dans les résultats.

5 – Site Analyzer

Le dernier outil de cette liste se nomme Site Analyzer. Contrairement aux outils précédents, celui-ci vous offre une vision très globale de votre site web. En effet, il attribue une note globale à votre site web (sur /100). En dessous de 50/100, considérez que votre stratégie est à changer complètement. Au-dessus, il faudra la réadapter selon les failles détectées par l’outil. Ce score englobe trois sous-catégories. Premièrement, vous avez les erreurs critiques. Elles ne sont pas inquiétantes en soi mais elles soulèvent tout de même un problème. Ne pas les corriger sur du long terme pénaliserait la bonne optimisation de votre site. Les erreurs de type “warning” sont à prendre en considération dans l’immédiat. Elles ont un impact très négatif pour votre référencement naturel. Par exemple, si votre titre principal ne contient pas assez de caractères, comment voulez-vous être retrouvé par les internautes? Site Analyzer propose d’autres pistes intéressantes. Il est capable d’analyser la performance de votre contenu en vous indiquant les répétitions de mots, votre quantité de mots clés ou encore le ratio de texte/code. D’autres analyses plus basiques sont également soulevées lors du diagnostic: les balises de titres ou encore la cohérence de votre site web. Si jamais, vous avez un doute, Site Analyzer peut vous dire si vous avez un sitemap. Si oui, cela signifie que votre site est bien indexé par Google. Aujourd’hui, le networking est omniprésent dans la vie des professionnels. Cette notion est aussi à prendre en compte pour le SEO. En référencement naturel, le networking renvoie à l’idée de backlinks. Aucune idée du nombre de backlinks que vous possédez? S’ils sont fiables ou non? Grâce à Site Analyzer, vous serez en mesure de comprendre l’origine de vos backlinks et d’éjecter ceux qui nuisent à votre business. Personnellement, j’adore cet outil car il s’immerge vraiment dans les infimes détails. Le poids de votre page, le temps d’exécution, la performance de votre site web, tout est analysé point par point. Aucun détail n’est laissé de côté. Finalement, c’est ce que l’on recherche en SEO: l’erreur qui nous coûterait la bonne position afin de pouvoir la corriger.

Grâce à ces 5 outils, vous serez en mesure d’analyser plus en profondeur votre site web. Les prochains mois risquent d’être bénéfiques pour vous. En retravaillant sur vos erreurs, vos positions devraient être meilleures. Quoiqu’il en soit, persévérez et patientez. Tout vient à point à qui sait attendre.